Le dépistage ça marche, même longtemps après !

Commentaire du Professeur Sébastien Couraud, Chef de service adjoint, Service de Pneumologie Aigue Spécialisée et Cancérologie Thoracique, Centre Hospitalier Lyon Sud

” Dans cet article, l’équipe à l’origine de l’essai Américain NLST (National Lung Screening Trial), publié en 2011, cherchait à évaluer la persistance de l’intérêt du dépistage à long terme. On se rappelle que cet essai avait démontré pour la première fois l’intérêt d’un dépistage régulier (annuel dans ce cas) par scanner faiblement dosé. Les auteurs rapportent ici des résultats après 12 ans de surveillance de la cohorte. Ces résultats sont particulièrement intéressants : (1) le bénéfice en terme de réduction de la mortalité par cancer se maintient une décennie plus tard ; (2) la réduction de la mortalité semble plus important chez les femmes, comme dans les essais NELSON et LUSI ; (3) le taux de sur-diagnostic est plus faible qu’attendu (3%) si l’on enlève les lésions en verre dépoli dont on connait parfaitement le risque de sur-diagnostic (de l’ordre de 80%). “

Black WC, Chiles C, Church TR, Gareen IF, Gierada DS, Mahon I, Miller EA, Pinsky PF, Sicks JD. Lung Cancer Incidence and Mortality with Extended Follow-up in the National Lung Screening Trial National Lung Screening Trial Writing Team. J Thorac Oncol. 2019 Jun 13. pii: S1556-0864(19)30473-3. doi: 10.1016/j.jtho.2019.05.044. [Epub ahead of print]. PMID: 31260833

Lien : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31260833