L’ESPACE SANTE DES HOSPICES CIVILS DE LYON

Retrouvez dans cet espace des fiches sur les « Pathologies » et les « Traitements » rédigées par les médecins des Hospices Civils de Lyon.

        Ces fiches sont destinées aux patients. Elles abordent de nombreuses maladies et les principaux traitements classés par zone du corps humain.

        Cliquer sur le lien suivant:   http://www.chu-lyon.fr/fr/espace-sante/cancer-du-poumon

Voici les fiches concernant les principales questions autour du cancer du poumon.

Elles sont regroupées dans les rubriques spéciales suivantes.

      Nodule pulmonaire

        Un nodule au poumon est un « tâche » anormale dans le poumon. Il peut être unique ou multiple, isolé ou associé à d’autres anomalies (ganglions anormaux, épanchement de la plèvre).
En fonction de la taille de cette tâche on distingue les micronodules (moins de 3mm), les nodules et les masses (plus de 3cm).
La découverte d’un nodule au poumon est une situation extrêmement fréquente. On considère en effet qu’il existe un ou plusieurs nodules dans 8 à 51% des scanners du thorax, selon les séries et la population dans laquelle est effectué l’examen.

        Pour accéder au document, cliquer sur le lien suivant: http://www.chu-lyon.fr/fr/espace-sante/nodule-pulmonaire

        Echographie thoracique ou échographie pulmonaire

        L’échographie thoracique et pulmonaire consiste à réaliser une échographie du poumon et des organes du thorax. C’est une technique d’imagerie relativement récente mais dont les applications sont multiples. L’échographie est une technique d’imagerie par ultrasons. La sonde envoie des ultrasons qui rebondissent sur les structures anatomiques et sont captés à nouveau par la sonde qui restitue une image.

        Pour accéder au document, cliquer sur le lien suivant: http://www.chu-lyon.fr/fr/espace-sante/echographie-thoracique-ou-echographie-pulmonaire

Echo-endoscopie bronchique avec ponction trans-bronchique écho-guidée (EBUS)

L’objectif de cet examen est d’explorer les bronches et surtout les ganglions ou lésions du médiastin (la région du corps qui est située autour des bronches, entre les deux poumons). Lors de cet examen, l’opérateur utilise une caméra (endoscope) couplée à une sonde d’échographie miniaturisée. Après avoir repéré les lésions, il réalise des prélèvements (aspiration des sécrétions, ponction de ganglion…).

        Pour accéder au document, cliquer sur le lien suivant: http://www.chu-lyon.fr/fr/espace-sante/echo-endoscopie-bronchique-avec-ponction-trans-bronchique-echo-guidee-ebus

        Bronchoscopie (endoscopie ou fibroscopie bronchique).

      L’objectif de cet examen est d’explorer la trachée et les bronches d’une personne afin de visualiser des anomalies et de réaliser des prélèvements par aspiration des sécrétions, brossage, biopsies, lavage alvéolaire, ponction de ganglion….

        Pour accéder au document, cliquer sur le lien suivant: http://www.chu-lyon.fr/fr/espace-sante/bronchoscopie-endoscopie-bronchique-ou-fibroscopie-bronchique

      Ponction-biopsie trans-thoracique sous scanner ou ponction trans-pulmonaire (PTP)

        L’objectif de cet examen est de réaliser un prélèvement (biopsie) d’un nodule ou d’une tâche situé dans le poumon.
Il consiste à faire une piqûre entre les côtes, puis de guider l’aiguille au travers du poumon jusqu’à la tâche (sous contrôle visuel au scanner) pour y réaliser des prélèvements. Cet examen permet, dans la majorité des cas, de connaître la nature de l’image sur laquelle votre médecin s’interroge.

        Pour accéder au document, cliquer sur le lien suivant: http://www.chu-lyon.fr/fr/espace-sante/ponction-biopsie-trans-thoracique-sous-scanner-ou-ponction-trans-pulmonaire-ptp

        Grands principes des biopsies liquides.

      Le terme « biopsie liquide » regroupe un ensemble d’examens sanguins dont l’objectif est d’aider au diagnostic des cancers (hors cancers du sang). La biopsie liquide est un domaine de recherche particulièrement prometteur et intéressant pour les années à venir.

        Pour accéder au document, cliquer sur le lien suivant: http://www.chu-lyon.fr/fr/espace-sante/biopsie-liquide

Altérations des gènes ALK et ROS1 dans les cancers du poumon.

ALK et ROS1 sont des gènes normaux de la cellule.

Les anomalies de ALK et ROS1 sont deux anomalies différentes mais qui ont beaucoup de similitudes.

Dans certains cancers du poumon ces gènes peuvent être anormaux. 

Pour accéder au document, cliquer sur le lien suivant: http://www.chu-lyon.fr/fr/espace-sante/alterations-des-genes-alk-et-ros1-dans-les-cancers-du-poumon

      Mutations de l’”Epithelial Growth Factor Receptor” (EGFR) dans les cancers du poumon

L’EGFR est un gène normal de la cellule (Epithelial Growth Factor Receptor). Son rôle est de fabriquer un récepteur situé à la surface de la cellule. Lorsqu’il est activé, ce récepteur donne à la cellule l’ordre de se multiplier.

Dans certains cancers du poumon (cancer non à petites cellules), le gène EGFR est anormal : on parle de mutation. Cette anomalie est responsable d’une activation permanent du récepteur ; en d’autres termes la cellule reçoit alors l’ordre de se multiplier en permanence et à l’infini, ce qui en fait une cellule cancéreuse.

        Pour accéder au document, cliquer sur le lien suivant: http://www.chu-lyon.fr/fr/espace-sante/mutations-de-lepithelial-growth-factor-receptor-egfr-dans-les-cancers-du-poumon

        Mutations de BRAF dans les cancers du poumon

      BRAF est un gène normal de la cellule (B-Raf proto-oncogène).
Dans certains cancers du poumon (cancer non à petites cellules), le gène BRAF est anormal : on parle de mutation. Cette anomalie est responsable de la cancérisation de la cellule.
Cette mutation n’est présente que dans les cellules du cancer des personnes malades. Elle n’est pas transmissible aux enfants de cette personne.

        Pour accéder au document, cliquer sur le lien suivant: http://www.chu-lyon.fr/fr/espace-sante/mutations-de-braf-dans-les-cancers-du-poumon

        Chimiothérapie des cancers du poumon

      La cellule cancéreuse est une cellule anormale dont la croissance et la mort ne sont plus contrôlées. La chimiothérapie est un traitement anti-cancéreux qui vise à les détruire.
Ces produits agissent le plus souvent sur l’ADN des cellules cancéreuses : ils créent des lésions qui bloquent la division (et donc la multiplication) des cellules cancéreuses et qui induisent leur mort (on appelle cela l’apoptose). Il existe plusieurs familles de chimiothérapie qui sont classées selon leur mode d’action.

        Pour accéder au document, cliquer sur le lien suivant: http://www.chu-lyon.fr/fr/espace-sante/chimiotherapie-des-cancers-du-poumon

        Immunothérapie anti-cancéreuse

     L’immunothérapie fait partie des nouvelles stratégies utilisées pour lutter contre le cancer. Il s’agit de l’une des avancées médicales majeures des dix dernières années. Certaines immunothérapies sont utilisées en routine (mélanome, cancers du poumon, cancer du rein, cancers ORL, lymphomes) alors que d’autres indications sont en cours d’évaluation  au sein d’essais cliniques.

        Pour accéder au document, cliquer sur le lien suivant: http://www.chu-lyon.fr/fr/espace-sante/immunotherapie-anti-cancereuse

        Immunothérapie des cancers du poumon

      L’immunothérapie est une nouvelle forme de chimiothérapie utilisée dans de nombreux cancers, dont le cancer du poumon. Le mécanisme d’action de l’immunothérapie est très différent de celui des chimiothérapies « classiques ». En effet, ces médicaments (ce sont des anticorps) ont pour effet de venir stimuler le système de défense naturelle du patient (système immunitaire) pour lui apprendre à détruire lui-même le cancer et ses éventuelles métastases.

        Pour accéder au document, cliquer sur le lien suivant: http://www.chu-lyon.fr/fr/espace-sante/immunotherapie-des-cancers-du-poumon

      Thérapies ciblées des cancers du poumon

        La cellule cancéreuse est une cellule qui est devenue anormale notamment parce qu’elle se multiplie sans cesse et est « immortelle ». Ces propriétés anormales sont parfois causées par des mutations dans ses gènes. Ces gènes anormaux sont ainsi responsables d’anomalies au niveau de la cellule et, dans certains cas, des médicaments ont été développés pour cibler précisément ces anomalies et donc les cellules cancéreuses. C’est le principe des thérapies ciblées.

        Pour accéder au document, cliquer sur le lien suivant: http://www.chu-lyon.fr/fr/espace-sante/therapies-ciblees-des-cancers-du-poumon

Mésothéliome pleural, mésothéliome malin de la plèvre

Le mésothéliome malin est un cancer développé à partir des cellules d’un mesothélium. 

Le mesothelium est un feuillet qui enveloppe la cage thoracique (c’est la plèvre), le cœur (c’est le péricarde),  et les intestins (c’est le péritoine). Cette fiche ne traite que du mésothéliome pleural qui est le plus fréquent.
Ce cancer est rare avec environ 1100 cas par an.

        Pour accéder au document, cliquer sur le lien suivant: http://www.chu-lyon.fr/fr/espace-sante/mesotheliome-pleural-mesotheliome-malin-de-la-plevre